BIM World 2018.. impressions

Beaucoup de belles rencontres au BIM World 2018 sur notre stand partagé avec le CSTB Lab’, et des discussions passionnantes sur comment BIMCHAIN.io stand bimchain au BIM Worldva aider par exemple :
A-BIME à protéger les droits d’auteur dans  la rénovation des bâtiments historiques
SNCF Réseau à suivre le cycle de vie des matériaux utilisés depuis la maquette numérique pour une économie circulaire.
Bouygues à s’engager directement depuis la maquette en phase construction sur une sous-partie du dossier uniquement , comme un étage ou une façade.

Et surtout deux événements forts :

L’ouverture de la plateforme collaborative du PTNB :  KROQI
“Collégialement nous avons tous intérêt à faire le pas” précisa Julien Denormandie, secrétaire d’état à la Cohésion des Territoires, avec pour ambition de faire profiter les TPE/PME/Artisans de la révolution BIM.
LUTECIUM annoncé comme partenaire du PTNB pour intégrer BIMCHAIN.io à KROQI.

La Conférence : le BIM sur le Grand Paris Express
Le problème majeur du BIM est que la maquette n’est pas contractuelle. Le cadre collaboratif est freiné par une réelle difficulté de la gestion contractuelle qui empêche d’exploiter pleinement le “data centrisme” de la maquette numériquedixit Nicolas Lefort, BIM Manager pour la SGP.
Tous les processus  – contrôle technique, visa de l’architecte, marchés publics.. –  continuent de s’opérer sur les livrables traditionnels, c’est-à-dire des plans   papiers 2D, extraits ou non des maquettes numériques. Dans ce cadre, a quoi sert la maquette ?
Contractualiser directement la maquette numérique comme le propose BIMCHAIN.io permet de diminuer – voire de supprimer –  tous ces livrables « papiers » – et surtout de lui redonner son rôle de base de données centrale à tous les processus.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *